Un ancien infirmier et membre auxiliaire de la GRC condamné pour pédophilie

En fin d’après-midi hier, en cour du banc du roi au palais de justice de Campbellton, le juge Larry Landry a rendu son verdict concernant des accusations portées contre Robert Cyr.

Les faits qui lui sont reprochés sont des agressions sexuelles et des attouchements sexuels sur deux fillettes durant une période d’environ cinq ans de 1996 à 2001. La première victime a été agressée de l’âge de 4 ½ ans à 9 ans et la deuxième victime de l’âge de 6 ans à 10 ans. Les agressions se sont déroulées à Saint-Quentin, Edmundston et Shédiac. L’agresseur a commis ses gestes à caractères sexuels de 36 ans jusqu’à 41 ans.

Robert Cyr, âgé de 62 ans aujourd’hui, a été infirmier pendant trente ans à l’hôpital de Saint-Quentin en plus d’être membre auxiliaire de la GRC. Il a avoué avoir un trouble de santé mentale, la pédophilie. Robert Cyr avait déjà plaidé coupable aux deux chefs d’accusations d’agressions sexuelles le 16 août 2022.

Il a pris la direction d’un centre correctionnel fédérale hier où il sera emprisonné pour une période de 66 mois (5 ans et 5 mois), 33 mois pour chacune des accusations qu’ils lui sont reprochés. Il est interdit à Cyr de posséder une arme à feu pour une période de 10 ans. Il devra fournir son ADN et son nom sera inscrit au registre des délinquants sexuels. Il lui est aussi interdit d’entrer en contact avec ses victimes et il doit garder une distance de deux kilomètres de leurs résidences.

Selon l’arrêt Friesen, les tribunaux doivent infliger des peines plus sévères pour les crimes sexuels contre des enfants, juge la Cour suprême. La protection des enfants est l’une des valeurs fondamentales de la société canadienne. En 2012, plus de la moitié des victimes de crimes sexuels signalés à la police avaient moins de 18 ans. Ces crimes sont souvent cachés parce qu’ils sont commis dans des domiciles par quelqu’un que l’enfant connaît et en qui il a confiance.

Le juge Landry a décrit les gestes comme abominable et que la cour supérieure doit accorder une peine juste à l’accusé pour avoir profité de la vulnérabilité d’enfant. Il espère dissuader quiconque de commettre des gestes semblables et souligne également l’impact sur la vie de ses deux victimes aujourd’hui d’âge adulte.

Voici la cause en bref de l’arrêt R. c. Friesen, un jugement rendu par la Cour Suprême, le 16 octobre 2019 en Cour d’appel du Manitoba. Le juge Landry en a fait référence durant son verdict. Prendre note que ce document n’a aucun lien avec le dossier de Robert Cyr.

REMARQUE : Le présent document contient des détails à propos de la violence sexuelle infligée à une enfant qui peuvent choquer certains lecteurs.

https://www.scc-csc.ca/case-dossier/cb/2020/38300-fra.aspx