Publication de statistiques sur la criminalité et de détails sur les initiatives de réduction de la criminalité

Le gouvernement provincial, la GRC et l’Association des chefs de police du Nouveau-Brunswick ont fait le point, aujourd’hui, sur les tendances de la criminalité dans la province et présenté les initiatives en cours pour la réduire.

« Nous savons que la criminalité est en hausse au Nouveau-Brunswick », a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Kris Austin. « Les données déclarées par les services de police démontrent qu’il y a une augmentation de la criminalité, et les gens du Nouveau-Brunswick nous disent tous les jours à quel point la criminalité a une incidence sur leur communauté. Le gouvernement et nos partenaires des forces de l’ordre prennent la situation au sérieux. Des projets visant à réduire la criminalité, particulièrement celle liée à la drogue, sont en cours dans toute la province et nous en voyons les retombées. »

D’après les données de Statistique Canada, qui comprennent des renseignements venant des services de police de la province et de la GRC, l’indice de gravité de la criminalité du Nouveau-Brunswick est le plus élevé des provinces de l’Atlantique pour la cinquième année consécutive, et est 20 pour cent plus élevé que l’indice national. Le taux de criminalité de la province continue de grimper : il a augmenté de 26 pour cent au cours des cinq dernières années. Le taux de criminalité global du Canada est demeuré stable pendant la même période.

Le gouvernement provincial a investi 7,6 millions $ depuis avril 2021 pour réduire la criminalité, y compris :

·         2,3 millions $ en 2021-2022 pour permettre à la GRC d’établir le Groupe provincial de réduction de la criminalité, qui s’attaque aux têtes dirigeantes du trafic de drogues;

·         2 millions $ en 2021-2022 dans les programmes des communautés plus sûres, ce qui comprend le programme des communautés et des voisinages plus sûrs et les efforts de lutte contre la contrebande du tabac et du cannabis; et

·         3,3 millions $ cette année pour la création de groupes de lutte antidrogue. Ces groupes, composés d’agents de police et d’agents de la paix du ministère de la Justice et de la Sécurité publique, visent les petits revendeurs de drogues et les intermédiaires.

Entre le 1er avril et le 1er décembre, les forces de l’ordre de la province ont effectué 159 saisies de drogues et saisit environ 808 000 $ en argent comptant ainsi que 311 armes. Il y a eu 328 arrestations liées au trafic de drogues.

« Les forces de l’ordre du Nouveau-Brunswick travaillent de plus en plus étroitement pour évaluer ce que nous faisons de bien, mais aussi ce que nous pourrions faire pour améliorer les efforts actuels lorsqu’il est question de partenariats entre plusieurs organisations, de services communs, de collecte de renseignements et d’amélioration de la confiance du public », a affirmé le chef du Service de police de Woodstock, Gary Forward, qui est également président de l’Association des chefs de police du Nouveau-Brunswick. « L’initiative de groupes de lutte antidrogue est un exemple concret menant à une approche collaborative, fondée sur le renseignement, qui permet de cibler les personnes impliquées dans le trafic de drogues et d’armes à feu illégales. »

« La relation entre toutes les forces de l’ordre du Nouveau-Brunswick est excellente, et je suis ravie de participer encore une fois à un effort véritablement collaboratif en vue de réduire la criminalité dans nos communautés de l’ensemble de la province », a dit la commandante divisionnaire de la GRC au Nouveau-Brunswick, la commissaire adjointe DeAnna Hill. « J’ai hâte de voir les réussites qui en découleront sur le plan de l’amélioration de la sécurité publique. »

« Tout le monde a un rôle à jouer dans la prévention de la criminalité, a indiqué M. Austin. Poser de petits gestes pour protéger vos biens et vos objets de valeur peut prévenir un crime opportuniste. Si vous êtes victime d’un crime, il faut le signaler, aussi petit ou insignifiant qu’il puisse paraître. Ces signalements permettent aux services de police et au gouvernement de savoir où et à quel moment les crimes sont commis. Ces renseignements servent à concevoir des stratégies pour rendre les communautés plus sécuritaires. »

Les gens du Nouveau-Brunswick peuvent signaler un crime ou donner des renseignements non urgents susceptibles d’aider à résoudre un crime en communiquant avec le service de police de leur localité ou avec Échec au crime en composant le 1-800-222-TIPS (8477) ou en se rendant en ligne.