Nouvelles mesures frontalières relatives à la COVID-19 qui entreront en vigueur à minuit ce soir.

De nouvelles mesures frontalières relatives à la COVID-19 à l’intention des travailleurs du Nouveau-Brunswick qui voyagent ou reviennent dans la province à des fins professionnelles entreront en vigueur à minuit ce soir.

« Afin d’assurer davantage la santé et la sécurité des gens du Nouveau-Brunswick, nous acceptons la recommandation de la Santé publique et mettons en œuvre ces nouvelles mesures frontalières relatives à la COVID-19 », a déclaré le premier ministre, Blaine Higgs. « Ces mesures sont nécessaires parce que près de 95 pour cent des cas de COVID-19 dans notre province sont liés à un voyage ou à des personnes qui ont été en contact étroit avec un voyageur qui a obtenu un résultat positif à un test de dépistage. »

Les travailleurs qui arrivent ou reviennent au Nouveau-Brunswick en provenance de l’extérieur de la bulle atlantique sont maintenant sujets à des directives d’auto-isolement modifié pour une période de 14 jours. Ils pourront revenir aux mesures de santé publique régulières de la province s’ils subissent un test de dépistage volontaire de la COVID-19 dont le résultat s’avère négatif et s’ils ne présentent aucun symptôme. Cette mesure ne s’applique pas aux camionneurs ni aux gens qui effectuent la navette quotidiennement pour le travail. Elle ne s’applique pas non plus aux personnes qui se rendent dans la province en vertu d’un plan opérationnel approuvé par Travail sécuritaire NB, car ces plans prévoient déjà une période d’isolement liée au travail.

« Les risques de contracter la COVID-19 sont à la hausse à l’extérieur de la bulle atlantique, ce qui signifie que nous devons redoubler d’efforts pour réduire les risques au Nouveau-Brunswick et dans la bulle atlantique afin de nous aider à traverser l’hiver », a affirmé la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell.

Tel qu’il est indiqué dans l’arrêté obligatoire, qui a été renouvelé aujourd’hui, l’auto-isolement modifié est une période de 14 jours durant laquelle une personne peut quitter son isolement pour obtenir des biens et services essentiels – y compris les nécessités de la vie ainsi que les services de soutien, les soins de santé, les biens et services requis pour le travail, les services bancaires et financiers, le transport, les services de garderies, les soins aux animaux, ainsi que les visites au salon funéraire ou les funérailles d’un membre de leur famille immédiate.

De plus, une personne peut subir jusqu’à trois tests de dépistage volontaires de la COVID-19, selon la durée de leur séjour dans la province. Les gens doivent prendre rendez-vous en utilisant l’outil disponible en ligne, et les tests auront lieu dans le centre d’évaluation le plus près.

Par exemple, un travailleur du Nouveau-Brunswick qui est revenu dans la province et qui prévoit y demeurer pendant trois semaines avant de quitter de nouveau devra se soumettre à un auto-isolement modifié, à moins de subir un test de dépistage volontaire trois fois, soit aux environs des jours 0-2, 5-7 et 10-12. Si le résultat du premier test est négatif, la personne est libérée de l’auto-isolement modifié jusqu’à son prochain test. Si, après le troisième test, la personne n’a pas de symptômes et que le résultat demeure négatif, elle ne serait plus sujette à l’auto-isolement modifié après le 10e jour. Les personnes devront continuer à porter un masque en public et suivre les directives de la Santé publique.

Les personnes qui ont l’intention de demeurer au Nouveau-Brunswick pendant des périodes plus courtes peuvent subir un test de dépistage, et le nombre de tests requis dépend de la durée de leur séjour. Si elles prévoient demeurer dans la province pour une période de un à quatre jours, elles devraient subir un test de dépistage pour quitter leur auto-isolement modifié. Si elles prévoient y demeurer pour une période de cinq à neuf jours, elles devraient subir deux tests.

Une période d’auto-isolement de 14 jours est encore requise pour les personnes qui arrivent ou reviennent dans la province à la suite de déplacements non essentiels (par exemple au retour de vacances, après avoir rendu visite à des membres de la famille ou pour déménager au Nouveau-Brunswick).

En vertu de l’arrêté obligatoire, les résidents de la Première Nation de Listuguj et de Pointe-à-la-Croix, au Québec, qui désirent se rendre dans le comté de Restigouche pour obtenir des biens et services essentiels qui ne sont pas disponibles dans leur propre communauté peuvent désormais s’y rendre au maximum deux fois sur une période de sept jours, et ce, entre 6 h et 22 h. Ces résidents qui se sont inscrits à l’avance et dont le déplacement a été approuvé dans le cadre du Programme d’enregistrement d’un voyage du Nouveau-Brunswick sont autorisés à entrer sans devoir s’auto-isoler pour les raisons suivantes : aller à l’école, obtenir des services de garderie, ou obtenir des biens et services essentiels.

La Santé publique et le ministère de la Justice et de la Sécurité publique surveilleront les répercussions de ces changements pour éclairer la prise de décisions en ce qui a trait à de futures possibilités liées aux déplacements.