Mise à jour concernant la situation des foyers de soins et du SCFP

La déclaration suivante a été émise, aujourd’hui, par la ministre du Développement social, Dorothy Shephard, au sujet des négociations en cours avec les travailleurs des foyers de soins membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) :

Notre gouvernement croit qu’il est important de tenir les gens du Nouveau-Brunswick au courant de ce qui se passe avec les foyers de soins de la province représentés par le SCFP.

Un représentant du gouvernement est à la table avec l’employeur, soit l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick, depuis lundi.

Des discussions sont en cours. Cette semaine, tel que demandé publiquement par le SCFP, une offre améliorée a été présentée par l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick.

Cependant, à ce moment-ci, le médiateur a ordonné aux parties de prendre une pause temporaire, et aucune autre négociation n’est prévue cette semaine. Il ne s’agit pas de la fin des négociations, et nous avons bon espoir que les discussions de cette semaine et l’offre améliorée de l’employeur permettront de nous rapprocher d’une entente qui est juste pour toutes les parties.

Alors que les parties continuent de travailler en vue d’avoir une entente collective, je veux assurer aux gens du Nouveau-Brunswick que des plans de contingence sont en place afin de veiller à la continuité des soins dans les foyers de soins de notre province. Nous comprenons que les plans de contingence à eux seuls n’atténueront pas les préoccupations. Ce n’est qu’une fois que la menace de grève aura pris fin que les résidents des foyers de soins et leur famille auront l’assurance qu’ils continueront de recevoir les soins de haute qualité actuellement offerts.

Samedi, une ordonnance de sursis temporaire a été rendue par la Cour du Banc de la Reine pour une période de 10 jours afin d’assurer la sécurité des résidents des foyers de soins. À l’exception du York Care Centre, il est interdit par la loi aux employés des 45 autres foyers de soins de faire la grève durant cette période ou jusqu’à ce que la cour émette des ordonnances ou des directives supplémentaires. Ce sursis temporaire a été accordé après que le gouvernement et l’employeur ont déposé une requête à la Cour du Banc de la Reine demandant la suspension d’un jugement rendu par la Commission du travail et de l’emploi du Nouveau-Brunswick relatif à la Loi sur les services essentiels dans les foyers de soins. Nous avons demandé cette suspension jusqu’à ce que nous recevions un jugement dans le cadre de la révision judiciaire. La cour entendra cette requête le vendredi 15 mars.