Le Nouveau-Brunswick présentera un plan de rétablissement au cours des prochains jours

La Santé publique n’a rapporté aucun nouveau cas de COVID-19 aujourd’hui.

Il y a 118 cas confirmés au Nouveau-Brunswick, dont 14 cas actifs. À ce jour, 104 personnes se sont rétablies. Cinq patients demeurent hospitalisés, et un d’entre eux se trouve à l’unité des soins intensifs.

Les mises à jour et les données les plus récentes concernant les cas confirmés de COVID-19 et les tests en laboratoire au Nouveau-Brunswick sont disponibles en ligne.

La médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell, a remercié les gens du Nouveau-Brunswick de continuer à respecter la distanciation physique et les autres mesures qui ont permis de ralentir la propagation du virus de la COVID-19. Elle a dit qu’il est important que ces mesures se poursuivent et qu’elles deviennent des éléments de la « nouvelle réalité » lorsque les restrictions qui sont maintenant en place seront graduellement assouplies.

« Mes conseils aux gens du Nouveau-Brunswick sont clairs et constants depuis le début de la pandémie, et ils ne vont pas changer au cours des semaines à venir, a déclaré la Dre Russell. Nous avons réalisé beaucoup de progrès au cours des six dernières semaines, et il ne faudrait pas tout perdre. »

Plan de rétablissement à venir

Le premier ministre, Blaine Higgs, a indiqué que le gouvernement provincial présentera un plan de rétablissement au cours des prochains jours.

« Le rétablissement ne se fera pas du jour au lendemain, a affirmé M. Higgs. Nous devons agir de manière stratégique et veiller à ce que le gouvernement, les garderies, les entreprises, les restaurants et les magasins puissent mener leurs activités avec les mesures de précaution nécessaires afin d’assurer la santé et la sécurité de leurs employés et de leurs clients. Je préviens tout le monde que le rétablissement comporte des risques et que nous devons minimiser ces risques. »

Suppression de la limite de 30 jours pour les médicaments sur ordonnance

La limite de 30 jours applicable aux médicaments sur ordonnance sera éliminée pour les médicaments pour lesquels il n’y a pas de pénurie. En raison de cette limite, certaines personnes avaient dû payer des frais d’exécution d’ordonnance et des quotes-parts supplémentaires.

« Nous réalisons que c’est une décision difficile, mais à la lumière des circonstances sans précédent auxquelles nous faisons face, nous croyons fermement qu’il s’agit de la bonne décision à prendre, a dit M. Higgs. Nous adoptons cette mesure pour veiller à ce que nos résidents vulnérables ne se retrouvent pas dans une situation où ils doivent choisir entre payer leurs médicaments, leur épicerie ou leur loyer. »

Cependant, le gouvernement créera un groupe de travail qui déterminera les médicaments pour lesquels il pourrait y avoir une pénurie, et qui mettra en place une limite d’approvisionnement de 30 jours, au besoin, afin de protéger l’approvisionnement.

M. Higgs a remercié les pharmaciens de la province pour leur collaboration dans ce dossier complexe.

« En cette période difficile, les pharmaciens jouent un rôle important dans nos communautés en tant que travailleurs essentiels de première ligne, a déclaré M. Higgs. Notre gouvernement comprend que les pharmaciens veulent s’assurer que les résidents ont les médicaments dont ils ont besoin. Nous partageons les mêmes préoccupations, et c’est pourquoi nous créerons ce groupe de travail afin de surveiller de près l’approvisionnement en médicaments et déterminer toute pénurie de médicaments qui pourrait survenir. »

Des renseignements à jour au sujet de la COVID-19 sont disponibles en ligne.