Le nombre de cas de gonorrhée continue d’augmenter au Nouveau-Brunswick

Alors que le nombre de cas de gonorrhée dans la province continue d’augmenter, la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell, rappelle à la population du Nouveau-Brunswick qu’une épidémie est en cours et souligne l’importance des pratiques sexuelles sécuritaires.

« Toute personne ayant des rapports sexuels non protégés est encouragée à se faire dépister », a déclaré la Dre Russell. « Je sais qu’il faut parfois du courage pour choisir de se faire dépister, mais il est incroyablement important de le faire, d’autant plus qu’il n’est pas rare qu’une personne ait simultanément plus d’une infection sexuellement transmissible. »

L’épidémie actuelle a été annoncée pour la première fois en avril 2019. Au cours de la première moitié de 2021, 74 cas de gonorrhée ont été signalés dans la province. La moyenne annuelle typique des cas signalés est de 54.

Les infections transmissibles sexuellement, parfois appelées maladies transmissibles sexuellement, sont causées par des bactéries, des virus ou des parasites transmis d’une personne à l’autre lors de relations sexuelles non protégées.

« Les infections transmissibles sexuellement peuvent avoir de lourdes conséquences sur la santé d’une personne. Se faire tester fréquemment et se faire traiter si nécessaire devrait faire partie de votre bilan santé de routine », a indiqué la Dre Russell. « Cela permet de prévenir d’autres complications comme l’infertilité en plus d’aider à empêcher la transmission de l’infection à quelqu’un d’autre. »

Les personnes ayant plusieurs partenaires sexuels peuvent être exposées à la gonorrhée sans le savoir.

Les personnes qui pensent avoir été exposées à de telles infections doivent consulter leur médecin ou communiquer avec un avec un centre de la Santé publique, même en l’absence de symptômes.

Source: Ministère de la Santé