Le gouvernement du Canada appuie un projet visant à prévenir et à contrer la violence dans la région de l’Atlantique

La violence familiale et la violence fondée sur le genre sont de graves problèmes de santé publique qui sont étroitement liés aux problèmes de santé mentale et qui peuvent avoir des conséquences durables pour les survivants et leurs proches. Ces problèmes touchent des familles de toutes les régions du Canada et comprennent de nombreuses formes différentes de violence et de négligence physiques, sexuelles et psychologiques. Nous sommes résolus à soutenir tous les survivants de violence familiale et de violence fondée sur le genre et à protéger la santé et la sécurité des personnes qui risquent d’en subir.

Aujourd’hui, Élisabeth Brière, secrétaire parlementaire de l’honorable Carolyn Bennett, ministre de la Santé mentale et des Dépendances et ministre associée de la Santé, a annoncé un financement de 598 272 $ à l’Université du Nouveau-Brunswick pour adapter et mettre à l’essai l’efficacité d’un programme d’intervention de protection visant à soutenir les femmes autour de la cinquantaine et plus du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île–du–Prince–Édouard qui sont victimes de violence conjugale.

Ce financement arrive à un moment crucial alors que la pandémie de COVID-19 a exacerbé les vulnérabilités, qui exposent les populations d’adultes âgés à un risque accru de maltraitance, notamment à l’isolement social, à la solitude et aux problèmes de santé mentale tels que la dépression et l’anxiété.

L’investissement d’aujourd’hui est un pas important dans la bonne direction. Nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour prévenir les mauvais traitements infligés aux aînés et les autres formes de violence familiale et de violence fondée sur le genre, pour soutenir les survivants et pour briser le cycle de la violence dans les familles et les collectivités d’un océan à l’autre.

Citations

« Les mauvais traitements envers les aînés touchent tous les communautés au Canada, mais certaines familles sont touchées de façon disproportionnée. Le financement annoncé aujourd’hui permettra de combler les lacunes en matière de services en facilitant l’accès des adultes âgés aux services efficaces et adaptés à leur culture dont ils ont besoin. Cet investissement est un pas important en avant, mais nous savons que nous avons encore beaucoup à faire. Nous continuerons de prendre des mesures pour aider à prévenir la violence familiale sous toutes ses formes et à soutenir les personnes touchées. »

L’honorable Carolyn Bennett
Ministre de la Santé mentale et des Dépendances et ministre associée de la Santé

« J’ai vu de mes propres yeux les répercussions de la violence familiale et de la violence fondée sur le genre sur nos communautés. Les conséquences physiques, psychologiques et émotionnelles sont durables. Ce programme d’intervention de l’Université du Nouveau-Brunswick sera un excellent outil pour orienter et outiller les femmes du Canada atlantique qui sont victimes de violence conjugale. »

Élisabeth Brière
Secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé mentale et de la Lutte contre les dépendances et ministre associée de la Santé

« La violence familiale et la violence fondée sur le sexe sont de graves problèmes de santé publique qui sont étroitement liés à des problèmes de santé mentale et qui peuvent avoir des conséquences durables pour les victimes et les personnes qui les entourent. Le gouvernement du Canada continuera de travailler sur la prévention de la violence familiale et fondée sur le sexe, de soutenir les survivants et de briser le cycle de la violence dans les familles et les collectivités d’un océan à l’autre. »

Jenica Atwin
Députée de Fredericton, Nouveau–Brunswick

« La maltraitance envers les personnes âgées affecte beaucoup trop de Canadiens âgés, et de plus en plus d’aînés en sont à risque avec le vieillissement de la population. Notre gouvernement travaille à renforcer la lutte contre la violence envers les aînés sous toutes ses formes. L’annonce d’aujourd’hui aidera à mieux protéger les femmes, y compris les femmes âgées, contre la violence sexiste dans les communautés à travers le Canada. »

Darren Fisher
Sectrétaire parlementaire de la ministre des Aînés

« Depuis 30 ans, l’UNB soutient la recherche collaborative et orientée vers l’action sur la violence familiale, comme le projet AIM, par le biais du Centre Muriel McQueen Fergusson pour la recherche sur la violence familiale. Nous sommes reconnaissants à l’Agence de la santé publique du Canada d’avoir financé cette recherche cruciale visant à améliorer la santé des femmes d’âge moyen et plus âgé, qui sont touchées par la violence conjugale ou de la part d’un partenaire intime, et ce, au moyen de l’adaptation et de l’évaluation d’un nouveau programme d’intervention. Les constatations sur l’efficacité de cette intervention novatrice contribueront au développement, à la mise à l’échelle et à la diffusion du programme dans toute la région de l’Atlantique, provoquant ainsi un changement positif dans nos communautés. »

Dr David MaGee
Vice-président, Recherche, Université du Nouveau-Brunswick (UNB)

 

Source: Agence de la santé publique du Canada