Le député Arseneault annonce l’injection de 2,2 millions de dollars du fédéral dans le projet national de la CBDC Restigouche pour aider les femmes entrepreneures

Le gouvernement du Canada favorise l’autonomisation économique des femmes au moyen de la toute première Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat (SFE), un investissement de deux milliards de dollars qui vise à doubler le nombre d’entreprises appartenant à des femmes d’ici 2025.

Aujourd’hui, René Arseneault, député de Madawaska—Restigouche, annonçait au nom de l’honorable Mary Ng, ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, l’investissement de 2,2 millions de dollars sur quatre ans dans la Corporation au bénéfice du développement communautaire (CBDC) Restigouche par l’entremise du fonds pour l’écosystème de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Ces fonds serviront à lancer un projet pancanadien bilingue visant à mieux équiper les agents prêteurs qui travaillent couramment avec des entrepreneures en créant et en diffusant des outils numériques qui viendront ajouter une certaine valeur aux ressources déjà en place. Il sera alors plus facile pour les entrepreneures qui ont de la difficulté à obtenir du financement.

La Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat complète les efforts déployés par le gouvernement du Canada pour faire progresser l’égalité entre les sexes. Ces efforts portent notamment sur l’équité salariale, la création de services de garde plus abordables et l’élimination de la violence fondée sur le sexe.

Les 2,2 millions octroyés à la CBDC Restigouche serviront à lancer un projet pancanadien bilingue pour nous en parler, Mélissa Levesque qui est coordonnatrice de projet à la CBDC Restigouche :

Le député fédéral de Madawaska-Restigouche, René Arseneault :

Démarrer une entreprise pour une femme n’est pas toujours facile monsieur Arseneault nous parles de chiffres :

Citations

 

« Notre gouvernement estime que l’autonomisation économique des femmes n’est pas seulement la bonne chose à faire, c’est aussi bon pour l’économie. C’est la raison pour laquelle nous avons lancé la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, une stratégie qui vise à faire doubler le nombre d’entreprises appartenant à des femmes en leur facilitant l’accès à des sources de financement, à des réseaux et à des conseils. C’est un investissement judicieux qui permettra de générer des retombées économiques et sociales concrètes. »

–       L’honorable Mary Ng, ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations

« Pour que l’économie roule à plein régime, chacun doit pouvoir y prospérer. La Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat du gouvernement aidera les femmes d’affaires à réaliser leur plein potentiel et à contribuer pleinement à l’économie en mettant à leur disposition les outils dont elles ont besoin pour développer leur entreprise et créer des emplois. »

–       L’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de l’APECA

« Les entrepreneures et les dirigeantes d’entreprises de Campbellton apportent chaque jour de remarquables contributions à notre économie et à notre collectivité. Je suis fier de faire partie d’un gouvernement qui prend au sérieux l’autonomisation économique des femmes. En s’attaquant aux problèmes d’équité salariale et en modernisant le congé parental, ce gouvernement prend des mesures concrètes pour réaliser l’égalité entre les sexes : lorsque les femmes prospèrent, c’est nous tous qui en bénéficions.

–       René Arseneault, député fédéral de Madawaska-Restigouche

« L’entrepreneuriat est un excellent moyen d’atteindre la sécurité économique des femmes. Toutefois, dans de nombreux cas, les femmes sont plus susceptibles d’être refusées pour du financement. Ce projet s’attaquera aux barrières auxquelles les femmes sont confrontées lorsqu’elles soumettent une demande de financement et permettra d’améliorer l’accès au financement, et d’assurer un meilleur accès aux ressources, aux programmes et réseaux de soutien ».

–       Michel Guitard, directeur général, CBDC Restigouche

 

Les faits en bref

  • La Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat aidera les femmes à lancer et à développer leurs entreprises en leur donnant accès à du financement, à des talents, à des réseaux et à de l’expertise, grâce à un investissement de près de deux milliards de dollars.
  • La Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat nous aidera à atteindre l’objectif du gouvernement du Canada de doubler le nombre d’entreprises appartenant majoritairement à des femmes d’ici 2025.
  • Dans le cadre du budget de 2018, le Fonds pour les femmes en entrepreneuriat s’est vu allouer 20 millions de dollars. La demande de propositions tenue à l’automne 2018 a produit plus de 3 000 propositions, et plus de 200 projets ont été financés. Le gouvernement du Canada se félicite de pouvoir financer une centaine d’autres projets en injectant 10 millions de dollars supplémentaires dans le Fond pour les femmes en entrepreneuriat. En comptant ce nouvel investissement, le gouvernement consacre maintenant un total de 30 millions de dollars aux entreprises détenues et dirigées par des femmes partout au Canada pour qu’elles puissent développer leur entreprise et percer sur de nouveaux marchés.
  • Les programmes de la Stratégie complètent les initiatives plus larges de notre gouvernement qui visent à faire progresser l’égalité entre les sexes. Parmi ces initiatives, mentionnons notamment les mesures visant l’équité salariale, la flexibilité du congé parental et la création de services de garde d’enfants plus abordables.
  • L’égalité entre les sexes permettrait d’augmenter le PIB du Canada de 150 milliards de dollars d’ici 2026.
  • Seuls 16 % des PME au Canada appartiennent majoritairement à des femmes.
  • Seulement 11,2 % des entreprises appartenant majoritairement à des femmes font de l’exportation, contre 12,2 % des entreprises appartenant majoritairement à des hommes.
  • Dans son rapport de 2015-2016 sur le Canada, l’observatoire mondial de l’entrepreneuriat (Global Entrepreneurship Monitor) indique qu’en 2016, le Canada a enregistré le pourcentage le plus élevé de femmes participant aux activités de démarrage (13,3 %) et le cinquième en importance pour ce qui est de la possession d’entreprises établies dans des économies similaires fondées sur l’innovation.
  • À terme, les sommes distribuées feront l’objet de négociation d’accords de contribution.