Justin Trudeau resserre les liens avec le monde francophone au Sommet de la Francophonie

Le premier ministre Justin Trudeau a conclu aujourd’hui sa participation au 18e Sommet de la Francophonie à Djerba, en Tunisie, où il a rencontré ses homologues des pays et gouvernements membres de la Francophonie pour favoriser la réalisation de priorités communes comme la protection de la démocratie et des droits de l’homme et la défense et la promotion de la langue française. C’est ainsi que s’achève le voyage du premier ministre dans quatre réunions internationales : le Sommet de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), le Sommet du G20, la Réunion des dirigeants économiques de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) et le 18e Sommet de la Francophonie.

Au Sommet de la Francophonie, le premier ministre Trudeau a réaffirmé la volonté du Canada de rester un partenaire solide pour les gouvernements et les autres membres de la Francophonie et de continuer à soutenir les institutions de l’organisme. Ainsi, il a annoncé l’octroi des fonds suivants :

  • 20,8 millions de dollars pour permettre à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) de poursuivre la réalisation de son mandat et de ses programmes dans des domaines clés, notamment la gouvernance et la croissance inclusives, la promotion de la langue française, de la démocratie et des droits de la personne, l’éducation et la coopération économique pour appuyer le développement durable;
  • 2,4 millions de dollars pour permettre à l’Agence universitaire de la Francophonie de continuer à promouvoir la coopération entre les établissements d’enseignement francophones, d’améliorer l’accès à des études de qualité pour les apprenants du Sud, et de soutenir la formation professionnelle et la recherche.
  • 200 000 dollars pour permettre à TV5MONDEplus de continuer à soutenir, à promouvoir et à diffuser une programmation de langue française, dont du contenu produit dans les pays du Sud.

Afin de promouvoir le développement durable tout en continuant à faire progresser la paix, la sécurité et la démocratie dans le monde francophone, le premier ministre a annoncé que le Canada compte accorder les fonds suivants :

  • environ 65 millions de dollars pour soutenir divers projets de développement durable au Sahel, particulièrement au Mali et au Burkina Faso. Les projets bénéficiaires se concentrent sur l’aide aux populations vulnérables, l’autonomisation des femmes et des filles, la bonne gouvernance et la résilience démocratique, ainsi que le développement socioéconomique;
  • 49,5 millions de dollars pour soutenir le projet ACTION, qui vise à améliorer la sécurité économique, alimentaire et nutritionnelle dans les populations rurales défavorisées du Mali qui pratique l’irrigation de proximité, surtout les femmes et les jeunes.
  • 1,5 million de dollars pour soutenir la mission et les activités permanentes de l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme, qui aide les pays africains, notamment en Afrique de l’Ouest francophone, dans leur lutte contre le terrorisme.

Lors du Sommet, le premier ministre a réitéré la volonté du Canada de promouvoir la démocratie et les droits de la personne dans les pays de la Francophonie et dans le monde entier. Il a annoncé que le Canada accordait 10 millions de dollars à la nouvelle initiative Démocratie dans la Francophonie un soutien rapide et flexible aux pays, de même qu’à l’OIF, afin qu’ils puissent surmonter les défis nouveaux et émergents qui menacent la démocratie et les droits de la personne. Pour ce faire, il compte notamment accroître la résilience des gouvernements face à la désinformation et fournir aux femmes les moyens de contrer les menaces à leurs droits démocratiques.

En marge du Sommet, le premier ministre et la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, ont convoqué les États et gouvernements membres de l’OIF à une réunion axée sur la situation en Haïti et la nécessité d’y réagir afin d’aider les autorités haïtiennes à rétablir l’ordre et de répondre aux besoins humanitaires immédiats des Haïtiens. Durant la réunion, il a annoncé l’octroi des fonds suivants :

  • 8 millions de dollars afin de répondre aux besoins des populations touchées par la crise, qu’ils soient liés aux déplacements, à la violence, à l’insécurité alimentaire chronique ou à l’épidémie de choléra survenus récemment;
  • 5 millions de dollars afin de renforcer la capacité des autorités haïtiennes d’enquêter, de poursuivre et de juger les cas de corruption et de criminalité économique, de blanchiment d’argent et d’infractions connexes;
  • 3,5 millions de dollars afin de renforcer et d’améliorer l’accès à l’aide juridique pour les victimes de violence fondée sur le sexe, pour appuyer le renforcement de l’accès à la justice, la lutte contre l’impunité et la lutte contre la corruption.

De plus, la ministre Joly et lui ont annoncé que le Canada impose de nouvelles sanctions en réponse au comportement honteux des élites politiques haïtiennes qui fournissent un soutien financier et opérationnel illicite aux gangs armés. Ces dernières sanctions visent un ancien président d’Haïti et deux anciens premiers ministres d’Haïti soupçonnés de protéger et de permettre les activités illégales des gangs criminels armés au pays, notamment par le blanchiment d’argent et d’autres actes de corruption, gelant ainsi tous les biens qu’ils pourraient détenir au Canada. Nous continuerons à faire pression sur les responsables de la violence et de l’insécurité en Haïti, et à faire respecter les droits de la personne, la démocratie et la paix internationale. Ces sanctions s’ajoutent aux trois sanctions supplémentaires annoncées le 19 novembre.

Durant son séjour à Djerba, le premier ministre Trudeau a dénoncé l’invasion illégale et injustifiable que mène la Russie contre l’Ukraine, un membre observateur de la Francophonie. Il a réaffirmé l’appui indéfectible du Canada à l’égard du gouvernement et de la population de l’Ukraine. Il a insisté sur la nécessité de voir les pays et gouvernements membres de la Francophonie réaffirmer leur engagement envers la paix et la démocratie. Il a également souligné l’importance de travailler ensemble face à l’agression soutenue de Poutine et de contrer les justifications trompeuses et la désinformation russes.

Avant le Sommet de la Francophonie, le premier ministre Trudeau a participé au Sommet de l’ANASE à Phnom Penh, au Cambodge, les 12 et 13 novembre, au Sommet du G20 à Bali, en Indonésie, les 15 et 16 novembre, et à la réunion des dirigeants économiques de l’APEC à Bangkok, en Thaïlande, les 17 et 18 novembre. Durant ces rencontres, il a travaillé en étroite collaboration avec des partenaires de l’Indopacifique et du monde entier afin de chercher avec eux des moyens de resserrer les liens et de favoriser l’atteinte de priorités communes, qui sont notamment d’étendre le commerce et l’investissement, de faire croître l’économie pour le mieux-être de tous, et de créer des possibilités pour les citoyens et les entreprises du Canada et du monde. Il a annoncé l’octroi d’un important financement supplémentaire pour aider l’Ukraine et souligné l’importance de poursuivre la collaboration visant à promouvoir la démocratie et les droits de la personne, à protéger l’environnement et à lutter contre les changements climatiques. De plus, il a appelé nos alliés et partenaires internationaux à continuer d’exhorter la Russie à répondre de ses actes.

Citation
« Le Canada travaille activement avec l’Organisation internationale de la Francophonie et à collaborer activement avec elle afin de promouvoir et de protéger la langue française, la diversité culturelle et d’importantes valeurs communes comme la paix, la démocratie et les droits de la personne. Nous poursuivrons cette collaboration en vue de resserrer les liens déjà étroits qui unissent le Canada aux autres pays francophones et de créer des possibilités pour nos populations. »
— Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Source: Cabinet du Premier ministre du Canada

Crédit photo: Facebook