Enquête sur de nombreux cas de cyberexploitation de jeunes

Le Groupe de lutte contre l’exploitation d’enfants dans Internet (GLEEI) de la GRC au Nouveau-Brunswick enquête sur de nombreux cas de cyberexploitation de jeunes Néo-Brunswickois visant à leur soutirer de l’argent.

Dans les derniers mois, le GLEEI de la GRC au Nouveau-Brunswick, qui est composé de policiers de la GRC ainsi que de policiers de la Force policière de Saint John et de la Force policière régionale de Kennebecasis, a remarqué une importante augmentation des cas de cyberexploitation de personnes mineures. Il mène présentement une enquête sur de nombreux cas signalés dans la province. Des individus créent de faux comptes sur des plateformes de réseaux sociaux, comme Snapchat et Instagram, et se servent de ces profiles pour devenir ami avec des adolescents de sexe masculin, âgés entre 15 et 17 ans. Après avoir convaincu l’adolescent de lui envoyer des photos et vidéos intimes, l’individu fait chanter l’adolescent en menaçant de faire suivre les images et vidéos à sa famille et à ses amis s’il ne lui envoie pas de paiement (en argent, en chèques-cadeaux ou en monnaie électronique).

La police croit que les faux profiles sont créés par des groupes du crime organisé se trouvant à l’étranger et elle collabore avec des partenaires internationaux du domaine de l’application de la loi afin de faire avancer l’enquête.

« Nous comprenons qu’il peut être difficile pour les jeunes de parler de ce genre d’incident, mais il est important qu’ils communiquent avec la police dès que possible s’ils sont victime d’extorsion en ligne, déclare le caporal Hans Ouellette de la GRC au Nouveau-Brunswick. Il est aussi important que les victimes ne fassent aucun paiement et qu’elles bloquent rapidement le profil de l’individu qui tente de les extorquer. Le signalement de ce type de crime peut mettre fin au chantage et peut nous aider à retrouver le responsable. »

Si vous avez été victime d’extorsion en ligne ou si vous avez des renseignements qui pourraient faire avancer l’enquête, veuillez communiquer avec votre service de police local. Pour conserver l’anonymat, vous pouvez aussi communiquer avec Échec au crime en composant le 1‑800‑222‑8477, en téléchargeant l’application mobile sécurisée « P3 Tips » ou en allant dans son site Web à www.crimenb.ca.

« Nous demandons aux parents de discuter de la cybersécurité avec leurs enfants, particulièrement si leurs enfants sont à l’âge de l’adolescence et utilisent des plateformes de réseaux sociaux comme Snapchat, ajoute le caporal Ouellette. Il existe de nombreuses ressources pour aider les parents à avoir une conversation à ce sujet avec leurs enfants. »

Pour en savoir davantage sur les façons de vous protéger et de protéger vos enfants en ligne, veuillez consulter ces pages Web :

L’enquête se poursuit.

Source: GRC du Nouveau-Brunswick