Un budget provincial qui tourne sur l’investissement

FREDERICTON – Le budget déposé par la ministre des Finances à l’Assemblée législative mardi après-midi prévoit un déficit de 191,9 millions de dollars pour l’exercice de 2017-2018 ce qui mène la dette de la province au total de 14 milliards de dollars. Le déficit de 2016-2017 quant à lui devrait être de 231,1 millions. Une amélioration de 14,3 millions. Le retour à l’équilibre budgétaire est prévu pour 2020.

Pour une 9e année consécutive, les salaires des députés sont gelés. Le salaire du premier ministre et des membres du Cabinet a été réduit de 15% et de 10%. Afin de faire des économies, la taille du Cabinet et le nombre de cadres de la fonction publique ont été réduits.

Côté des investissements, le gouvernement provincial annonce 2,5 millions de dollars pour intensifier ses efforts au chapitre de la croissance démographique. Une augmentation dans le budget de l’éducation de 56 millions qui représente une hausse de 4,9 %. Une hausse de 103 millions depuis 2014-2015. Dans l’éducation, le gouvernement garantit une somme supplémentaire de 45 millions de dollars sur 4 ans pour investir dans les universités financées par des fonds publics. Le gouvernement a aussi éliminé les contributions parentale et conjugale du calcul des prêts étudiants afin de rendre l’éducation plus accessible pour tous les étudiants.

Le salaire minimum augmentera à 11$/h à compter du 1e avril 2017. Il s’agit d’une troisième hausse depuis les dernières années. Le gouvernement annonce une somme additionnelle de 6,5 millions qui sera destinée au logement abordable grâce au partenariat avec le gouvernement fédéral.

Les Néos-Brunswickois vont également voir une hausse du budget du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture de 17,6%.

Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance va voir le budget augmenté de 4,9%. Le budget de l’éducation postsecondaire augmentera de 5,4% également.

À compter du 1er janvier 2018, le gouvernement doublera le budget du programme d’aide pour les services de garderie.

Dans le Restigouche au cours de la dernière année, les gens ont pu constater une éclosion de la tordeuse des bourgeons de l’épinette, le provincial investira près de 2 millions pour combattre la menace.

Les entreprises verront aussi une baisse au niveau du taux d’imposition sur le revenu de .5 pour cent pour atteindre 3%.

Du côté de la santé, le budget augmente de 3,3% ce qui porte à 2,657 milliards de dollars. Cette hausse est relativement due à l’entente bilatérale relative au financement avec le gouvernement du Canada conclu en fin d’année. Le gouvernement recevra un financement qui s’élevant a environ 230 millions de dollars sur 10 ans. Des investissements dans les foyers de soins de la province de 58,2 millions sont aussi à prévoir pour la construction, l’entretien et aussi la mise à niveau. Une somme additionnelle de 4,4 millions de dollars dans le centre cardiaque du Nouveau-Brunswick à Saint-Jean.

7 millions de dollars seront investis dans la littérature qui s’adresse aux jeunes enfants.

Lors de l’annonce du budget, le taux de taxe demeure inchangé.